(Ottawa, ON – le 15 avril 2016) Cyclisme Canada a décidé de ne pas envoyer une équipe aux Championnats panaméricains Route qui seront disputés à San Cristobal, au Venezuela pour raison de sécurité. L’événement devrait avoir lieu le 18 au 22 mai. USA Cycling a également décidé de ne pas participer à ces Championnats, aussi pour des problèmes de sécurité.

Le lieu de l’événement nécessiterait de voler via Cucuta, en Colombie, puis voyager par transport terrestre à San Cristobal. Le gouvernement du Canada a émis un avis régional pour cette région sur les préoccupations de la violence transfrontalière, les enlèvements, la contrebande et le trafic de drogue, avec les étrangers spécifiquement visés. L’état d’urgence est en vigueur, avec une présence militaire accrue.

La non-participation aura peu d’impact sur la qualification olympique. Le quota masculin pour la course sur route et le contre-la-montre individuel déjà été annoncé par l’Union Cycliste Internationale (UCI).

« Du côté des femmes», selon le directeur de la haute performance, Jacques Landry, «de ne pas participer n’aura pas un impact significatif sur la sélection olympique. Si nous continuons de performer sur la scène internationale comme nous le faisons en ce moment, avec les cyclistes canadiennes telles que Leah Kirchmann et Karol-Ann Canuel. En date du 27 mars, le Canada se situe toujours au neuvième rang parmi les nations, ce qui nous accorde trois places dans la course sur route aux Jeux olympiques. Nous avons une avance de plus de 500 points envers la 14e place du classement des nations, ce qui nous donnerait seulement deux cyclistes sur la ligne de départ de la course sur route olympique chez les femmes. »

« L’impact sur les quotas des Championnats du monde est quant à lui plus significatif, et pourrait affecter la capacité d’obtenir le maximum des points, » a expliqué M. Landry. « À titre d’exemple, il y a 250 points à cumuler pour le vainqueur de la course sur route masculine. Avec le nouveau système de points de l’UCI, il y a encore plus d’emphase sur les Championnats panaméricains de l’UCI, par rapport aux courses de catégorie 2.2 en Amérique du Nord. »

« Cependant, » a poursuivi Landry, « la sécurité de nos athlètes et le personnel est primordiale et, sur la base des informations et des conseils que nous avons reçus, nous ne sommes pas à l’aise avec l’envoi de toute personne à ces Championnats. Compte tenu de ce problème de sécurité et de la sécurité au Venezuela, nous communiquerons avec l’UCI pour exprimer notre inquiétude et notre frustration autour de cet événement. »

Pour plus d’informations, s’il vous plaît visitez le site du Ministère des Affaires étrangères (http://travel.gc.ca/destinations/venezuela).